Conseils d’achat : quelle appellation choisir selon le style de vin que j’aime ?

Pour les connaisseurs, choisir du vin ne pose pas de problème. Pour les débutants, par contre, ce n’est pas chose facile, notamment face aux nombreuses régions vinicoles de l’hexagone. Si vous vous demandez donc quelle région favoriser dans vos acquisitions, voici un guide pouvant vous aider à bien voyager dans les clos français.

Le Riesling, le Pinot gris et le Sylvaner

Si vous ne voulez pas vous tromper lorsqu’il vous faut choisir du vin alors que vous n’êtes pas un connaisseur, voici quelques crus dont il vous faut connaître les particularités. Il y a, tout d’abord, le Riesling. Il est connu pour son aigreur, ses parfums de zestes de citron et de pomme verte ainsi que sa longueur en bouche. Il peut se conserver très longtemps et se consomme à table avec des volailles rôties, choucroute, poissons nobles et fruits de mer. Le Pinot gris, lui, a peu d’acidité et possède des notes piquantes. Il donne en bouche une sensation de largeur et a fréquemment des touches qui oscillent entre sucrosité et richesse. Il se consomme à table avec une préparation peu piquante (tajines) et à la crème (poissons, volailles ou viandes blanches). Le Sylvaner est aussi marqué par son acidité mariée à une légèreté et son goût de fruits blancs. C’est un vin facile à boire et parfait pour l’apéritif, la charcuterie, les poissons de rivière et les moules marinières.

Les rouges et les blancs

Entre choisir du vin rouge et du vin blanc, voici ce qu’il faut savoir. Les rouges (Anjou, Bourgueil, Chinon, Saumur-Champigny et autres) sont issus d’un même cépage. Souvent, ce sont des vins au fruité « craquant », finement aigres, rafraîchis en bouche, modérément alcoolisés et suffisamment tanniques. Certains vins rouges doivent être bus sur le fruité rafraîchi de leur jeunesse, les cuvées plus élevées devant être conservées jusqu’à plus de 10 ans. Ils se consomment avec des plats en sauce et viandes rouges. Les vins blancs (Saumur, Anjou, Montlouis et Vouvray) sont issus du cépage chenin. Ils sont marqués par une gracieuse acidité, des parfums de coing et de tilleul. Ce ne sont pas toujours des vins instantanément « séducteurs », mais ils ont une belle possibilité de se prêter à des accords captivants et bariolés (fromage de chèvre, viande blanche à la crème, rôti de volaille et fruits de mer). Les belles cuvées peuvent se conserver jusqu’à plus de 10 ans.

Faites-vous aider par les étiquettes de vin

Notez, avant de choisir du vin, que l’annotation « Grand vin » ne garantit pas la qualité du produit. Tous les vins peuvent avoir cette mention, du moment qu’ils sont accomplis dans le cadre d’une AOC. Il en est de même pour la note « vieilles vignes ». L’annotation de crus, par contre, est intéressante, bien qu’hétérogène. Ainsi, les Grands crus sont des vins de qualité si, bien sûr, il s’agit d’une classification sérieuse (classification 1855, classification des Saint-Emilion, des Graves). En Bourgogne, la mention de grand cru et 1er cru donne une bonne idée de la qualité de la région d’où est issu le vin (un grand cru étant plus alambiqué, sépulcral et apte à la garde qu’une désignation village). L’AOC vous permet de caser le cru et d’avoir la garantie qu’il a été conçu dans le respect des cahiers des charges de l’appellation. Toutefois, il existe de bons crus hors appellation (en Vin de France) et également des crus issus de très grandes appellations, mais qui ne sont pas bons. Le millésime peut vous fournir des indices sur ce que le vin va donner à la dégustation ainsi que sur son potentiel de conserve.